20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 14:49
Le choix Immoweek : l’art comme pourvoyeur de bonheur

L’artiste Guillaume Bottazzi, « pionnier de la neuro-esthétique », à savoir une approche scientifique de l’étude des perceptions esthétiques de l’art sur le cerveau, installe sa 100ème œuvre environnementale à Alfortville (94) : un tableau de 10 mètres de long, situé au sein du hall du programme de L’Archipel, une réalisation d’Eiffage Immobilier composée de 184 logements dans le quartier Langevin (139, rue Etienne Dolet). C’est le choix Immoweek de la semaine !

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 10:15
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 21:55
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 17:48
Guillaume Bottazzi place Jourdan Bruxelles

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 09:58
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 19:44
Partager cet article
Repost0
14 janvier 2022 5 14 /01 /janvier /2022 10:55
Article sur vudailleurs.com "Destination bien-être avec la 100ème oeuvre environnementale de Guillaume Bottazzi"
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2022 6 08 /01 /janvier /2022 17:29
©Guillaume Bottazzi - Emilia Romagna

©Guillaume Bottazzi - Emilia Romagna

Les phénomènes chromatiques pour l’humain


La couleur a toujours fasciné l'humanité mais de nouvelles connaissances en neurosciences et en psychologie cognitive permettent d’en savoir plus. Des études complémentaires seront nécessaires pour connaître parfaitement notre système visuel et notre relation à la couleur. Les couleurs sont des ondes électromagnétiques et la lumière est captée par les yeux à l’aide d’ondes de différentes longueurs produites par des particules qui sont réfléchies sur les objets que nous voyons.  Le spectre visible pour l'être humain, qui n'est qu'une petite partie de l'ensemble du miroir électromagnétique, ne s'étend que de 380 à 780 nanomètres qui correspondent respectivement au violet foncé et au rouge foncé. Lorsque les photons de la lumière d'une image sont émis, ils atteignent le cristallin de l'œil et se concentrent sur la rétine. Ce dernier contient quatre classes de photorécepteurs : trois classes de cônes et une classe de bâtonnets. Les cônes nous permettent de voir les détails pendant la journée et sont responsables de la sensibilité au contraste, à la couleur et aux détails fins, mais ne perçoivent pas bien les composants plus généraux. Chacune des trois classes est sensible à une composante spécifique du spectre de couleur violet foncé, vert ou rouge foncé. Les bâtonnets sont plus nombreux que les cônes et ne sont pas très efficaces le jour ou en lumière intérieure normale. De plus, les bâtonnets ne contiennent aucune information sur la couleur et ne contribuent donc pas, par exemple, à notre perception de l'art. Les êtres humains perçoivent les couleurs avec des caractéristiques émotionnelles spécifiques et notre réaction ultérieure à celles-ci peut varier avec notre humeur. Des études sont en cours sur ce sujet.

En observant une couleur, nous ressentons des émotions et des sensations. Notre perception est le fruit d’une reconstruction et nous permet notamment de lire l’espace et les formes qui nous entourent. Les humains perçoivent les couleurs comme ayant des caractéristiques émotionnelles spécifiques et notre réaction à ces caractéristiques peuvent  varier avec notre humeur. Cette ambiguïté peut expliquer pourquoi une seule couleur peut susciter des réactions différentes chez différentes personnes ou même chez la même personne à des moments différents. Plus précisément, le stimulus sensoriel visuel reçu est immédiatement traité par l'amygdale, située profondément dans le lobe temporal du cerveau, qui modère les états émotionnels, qui à leur tour produisent une réponse inconsciente. Les zones cérébrales de la vision et des autres sens sont connectées à l'amygdale, qui code et coordonne la réponse des circuits neuronaux à ces stimuli émotionnels, en les intégrant également aux expériences individuelles antérieures. Si ces stimuli sont nouveaux, il les apprend. De cette façon, la signification émotionnelle individuelle générée par ce sens visuel influence nos émotions et par conséquent d'autres aspects de la conscience, comme la perception, la pensée et la prise de décision.  Ce qui est fondamental pour l'inhibition de l'amygdale et pour l'intégration des informations émotionnelles, cognitives et sociales, c'est le cortex préfrontal, qui a en partie la capacité de limiter les choix impulsifs. L'hippocampe est important pour la mémoire explicite ou consciente des événements émotionnels. Il est aussi impliqué dans la récupération d'informations nouvellement formées, par opposition à l'amygdale qui est utile pour la mémoire émotionnelle inconsciente. En particulier, Éric Kandel définit la «sensation» et, dans ce cas, on la comprend comme analogue au concept d'émotions. Antonio Damasio quant à lui la définit comme des actions déclenchées à la suite d'un stimulus externe, en grande partie automatique, acquises au cours de l'évolution et qui impliquent des actions effectuées par le corps telles que les expressions faciales - en conséquence du stimulus sensoriel. Dans le cas de la vue, ce sont les photorécepteurs de nos yeux qui sont stimulés. Ils peuvent influencer directement notre comportement. La "perception" est plutôt l’étape suivante qui intègre les informations que notre cerveau reçoit du monde extérieur avec les connaissances basées sur un apprentissage basé sur des expériences antérieures et sur le contrôle d'hypothèses, qui devient cohérent lorsque le cerveau lui attribue une valeur, un sens et une utilité.

Pour Antonio Damasio le sentiment est conscient ; c'est un état neuronal qui survient après l'émotion. Même les sentiments primordiaux, considérés comme des images de l'état interne d'une personne, sont basés sur le tronc cérébral et font partie intégrante de la régulation vitale. Ils sont communs à la fois aux émotions et à ce que nous appelons les sentiments corporels, constitués d'images d'autres aspects de l'organisme combinés à ceux de l'état interne, et aux sentiments d'émotions, considérés comme des variations complexes de sentiments corporels causés par un objet spécifique. Lié à celui-ci, sa zone principale semble être l'insula, qui évalue et intègre l'importance émotionnelle et motivationnelle de ces stimuli et agit également comme coordinateur entre les informations sensorielles externes et les états motivationnels intérieurs.  S’il y a de nombreux paramètres qui relativisent largement les effets objectifs de la couleur sur un individu, néanmoins des études permettent d’afficher les résultats de statistiques concluants.


La lumière


Notre perception est le fruit d’une reconstruction et nous permet notamment de lire l’espace et les formes qui nous entourent. Si la couleur est liée à des longueurs d’ondes, cela implique que la lumière est antérieure à la couleur. La luminosité est l’origine de notre vision de la couleur et donc un même objet, selon l'heure ou la saison à laquelle nous le voyons, peut présenter des couleurs différentes. Cependant, si nous voyons ce même objet, nous pouvons le reconnaître et notre cerveau l’associe à la couleur que nous avons l'habitude de voir. Cette capacité de la couleur à se maintenir est essentielle pour un objet, c’est une reconstruction mentale que l’on nomme la permanence des couleurs. Si cette propriété n'existait pas, nous ne distinguerions pas les différents éléments ; la couleur n'appartient pas à une réalité du monde, mais c’est une reconstruction. Notre précarité à voir les éléments, produit des élaborations qui changent d’un individu à un autre. Il faut aussi garder à l'esprit le principe fondamental du fonctionnement de notre cerveau selon lequel celui-ci prend des informations du monde extérieur qui sont ensuite complétées par la personne qui voit. Cette incomplétude produit des interprétations différentes qui changent d'un individu à l'autre. Ainsi la lumière est efficace sur un individu et produit des effets chimiques puissants. La lumière est immersive puisque l’observateur réduit son Iris afin de s’adapter au flux de lumière. Devant une œuvre d’art lumineuse, l’observateur est acteur de ce qu’il voit, elle favorise sa projection. Nous pouvons imaginer que le verre par exemple facilite l’échauffement des sens du regardeur et son appropriation, dans la mesure où il crée des réflexions de lumière ainsi qu’un effet miroir.

 

Les couleurs


La couleur produit des effets qui influencent nos énergies. La couleur a un effet puissant sur l’humain, elle produit des effets qui influencent notre état. Des études échelonnées sur des décennies permettent de mieux comprendre les effets de la couleur. Des études sont en cours de développement, qui visent à inciter les consommateurs à acheter en agissant sur le choix des couleurs. Il est connu que le choix de couleurs spécifiques pour les murs d’un magasin a une finalité précise.  Le rouge est une couleur forte, optimiste et tonifiante.  Des statistiques permettent de comprendre combien cette couleur influence notre comportement. Un sportif qui porte un maillot rouge aura plus de chance de vaincre qu’un autre. Le rouge est associé au vainqueur et à la puissance. Le rouge est la couleur des décideurs et induit à se sentir dans une bonne énergie. Cette couleur contribue à se sentir dans de bonnes dispositions. Le rouge est préconisé pour les salles de réunions, les lieux festifs, les pièces de réceptions, les salles de cinémas, les théâtres et salles de concerts. Le spectacle sera mieux apprécié si l’environnement est rouge. Aussi, quand un homme voit une femme vêtue de rouge le rythme cardiaque de ce dernier s’accélère et cette femme aura plus de succès qu’une autre. Par exemple, le rouge génère de la chaleur et attire, il est donc souvent utilisé dans les vitrines des magasins. Le rose est une couleur optimiste et douce à la fois. Cette couleur va permettre de se sentir dans de bonnes dispositions. La douceur de la couleur calme, elle apporte de la quiétude. Des expériences concluantes ont été menées pour peindre les prisons en rose et l’expérience s’avère positive pour calmer les détenus. Le rose est aussi préconisé pour les écoles. Le vert remet les idées en place, il permet de se concentrer et de se retrouver. Cette couleur nous ramène à la nature, à notre environnement naturel. Elle favorise la quiétude et l’organisation. Cette couleur est appropriée pour habiller les bibliothèques. Dans les murs intérieurs des magasins, la préférence peut être le bleu, une couleur qui détend et qui incite les clients à choisir sereinement. Le bleu dégage les voies respiratoires et purifie.  Il favorise notre imagination. C’est la couleur de la créativité. Des expériences menées sur des enfants montrent que le bleu la favorise. Il est utilisé pour les réunions de réflexion dans les entreprises. Le jaune stimule l’appareil digestif. C’est une couleur solaire, positive et optimiste qui a tendance à nous amener à nous sentir dans de bonnes dispositions.

 

La mémoire et le processus de remémoration dans la perception visuelle


Il est important de garder à l'esprit les manières dont se développe le processus mémoriel, en prenant d'abord en considération la notion de mémoire, qui n'est plus vue comme une réserve d'informations statiques dans le temps et à partir de laquelle il est possible de récupérer des informations d’une façon inchangée, mais qui, au contraire, est désormais considérée comme un «objet» dynamique et reconstructif dont dépend notre capacité à nous rappeler et à transmettre aux autres le contenu des souvenirs. Le dispositif de mémoire utilise deux processus, celui d'apprentissage et celui de mémorisation. Les deux procédures présentent des phases de codage, de consolidation, de stockage et de récupération. Plus précisément, lorsqu'un stimulus externe sélectionné par notre attention arrive, il passe par notre mémoire à court terme, ou comme Baddeley l'appelle "mémoire de travail,'', ou ML, qui stocke temporairement des informations tout en procédant simultanément à leur traitement pour effectuer des tâches mentales. Le ML est articulé à travers un circuit phonologique ou une boucle articulatoire, qui est utilisé pour le traitement et la maintenance des informations verbales et acoustiques ; un cahier visuel-spatial, qui est plutôt responsable du traitement et du maintien des informations visuelles et spatiales, et un système exécutif central qui coordonne l’activité des deux systèmes précédents interagissant également avec le reste de la mémoire de travail. À ce stade, les informations se confrontent à la mémoire à long terme avant de fournir une réponse définitive. La mémoire à long terme, selon les connaissances auxquelles elle doit se référer, peut être explicite ou déclarative lorsque l'accès à l'information est conscient ; celle-ci se décompose à son tour en mémoire épisodique (expériences personnelles) et en mémoire sémantique (répertoire de connaissances générales stocké sur la base de son sens et de l'apport de connaissances que l'individu entre en fonction de ses expériences). Au lieu de cela, la mémoire non déclarative ou implicite (lorsque l'accès à la connaissance n'est pas conscient), est à son tour divisée en mémoire procédurale (capacité inconsciente de faire quelque chose), mémoire de conditionnement et mémoire d'amorçage. Il est possible de dire que les régions cérébrales supérieures peuvent influencer les régions inférieures et cela nous permet d'expliquer facilement comment quelque chose de nouveau que nous venons de voir dans une image peut nous rappeler quelque chose d'autre vu précédemment, la mémoire dite familiale. La mémoire est essentielle à la réponse perceptive et émotionnelle, notamment en ce qui concerne la mémoire à court terme et les informations visuelles sont perçues par le cortex temporal inférieur qui est analysé puis transmis au cortex préfrontal qui code la réponse comportementale. La mémoire à long terme, quant à elle, nécessite l'intervention du lobe temporal, de l'hippocampe dans la mémoire explicite, et de l'amygdale et du striatum (qui est impliqué dans la récompense et l'attente) dans la mémoire implicite.

 

La couleur et l'odorat

 

Les couleurs permettent aussi de créer des odeurs qui sont reconstruites par l'humain. Une expérience a été menée sur de la lessive. A une lessive blanche, il a été ajouté du rouge, puis du bleu et ensuite du jaune. Les nombreuses ménagères qui ont testé les produits ont pratiquement toute fait la même conclusion ; la lessive rouge fonctionnait très bien, mais elle était trop forte parce qu'elle attaquait le linge. La lessive jaune ne nettoyait pas bien et la lessive bleue était parfaite mais surtout elle sentait bon contrairement aux autres. Bien-sûr il s'agissait en fait de la même lessive.

La couleur et le son


Il existe des études dans des domaines synesthésiques dans lesquels, par exemple, la couleur est associée à la musique pour faciliter la persuasion du consommateur à acheter. Il existe aussi des recherches qui montrent comment notre perception d'un aliment ou l'odeur d'un aliment est en partie influencée par la manière dont ils sont illuminés et par conséquent par la couleur qu'ils présentent lorsqu'ils sont présentés à table. Même la couleur du plat dans lequel les plats sont servis et l'éclairage ambiant peuvent susciter des impressions différentes et la nourriture peut apparaître plus ou moins attractive ou abondante. La couleur des objets pour les êtres humains est essentielle en termes de stratégies marketing et publicitaires. En fait, en utilisant d'autres termes pour exprimer cette notion, selon Jean-Marie Floch, quand nous nous trouvons devant un objet, nous faisons des opérations sémantiques et en particulier de valorisation, ou plutôt nous construisons des valeurs que nous attribuons individuellement à cet objet. Le terme mise en valeur identifie le fonctionnement de cette partie du monde que l'on veut analyser et qui s'obtient par des médiations sémantiques appropriées qui combinent un certain objet avec notre expérience du monde.
Des recherches menées par l'Institute for Color Research en collaboration avec l'Université de Winnipeg, ont montré que les consommateurs n'ont besoin que de 90 secondes pour porter un jugement sur un produit en référence à sa valeur, sa fiabilité. Cette couleur compte de 62 à 90 % dans ce résultat. Par conséquent, diverses théories et recherches montrent que la couleur est capable d'influencer de manière significative les attitudes et les perceptions d'une marque.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 14:38

« Depuis 30 ans, Guillaume Bottazzi, pionnier du courant neuro-esthétique a signé près de 100 œuvres dans des espaces publics. »
Journal Les Echos

Projet en cours de réalisation

Projet en cours de réalisation

En introduisant des œuvres d’art relevant de la neuro-esthétique, le tableau contribue au bien-être des habitants. Lorsque nous observons un tableau, nous ressentons des émotions et des sensations, en partie parce que l’art provoque des réactions chimiques dans notre cerveau. En 2019 l’Organisation Mondiale de la Santé a publié un rapport basé sur 900 publications. Les résultats montrent que l’art a un impact sur la santé. Il apporte une aide psychologique, physiologique, sociale et comportementale.  

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2022 3 05 /01 /janvier /2022 19:16
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 17:03
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 14:19
Guillaume Bottazzi - art in situ, Paris 8ème

« Il a été rapporté que les peintures de Guillaume Bottazzi réduisent l’anxiété par leur nature apaisante. Loin de communiquer par la controverse, elles apportent aux visiteurs un sentiment de paix. »
Magazine Tokyo Weekender

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2021 3 29 /12 /décembre /2021 19:20
Guillaume Bottazzi - Tableau de 10 m de long - Alfortville, Grand Paris

« Depuis 30 ans, Guillaume Bottazzi, pionnier du courant neuro-esthétique a signé près de 100 œuvres dans des espaces publics. »
Journal Les Echos
En introduisant des œuvres d’art relevant de la neuro-esthétique, le tableau contribue au bien-être des habitants. Lorsque nous observons un tableau, nous ressentons des émotions et des sensations, en partie parce que l’Art provoque des réactions chimiques dans notre cerveau. En 2019 l’Organisation Mondiale de la Santé a publié un rapport basé sur 900 publications. Les résultats montrent que l’art a un impact sur la santé. Il apporte une aide psychologique, physiologique, sociale et comportementale.  

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 16:15
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2021 5 24 /12 /décembre /2021 13:29
Partager cet article
Repost0